Eskaapi se dote d’un jardin.
Entre une autoroute et un tissu pavillonnaire, un délaissé urbain pousse et se transforme en forêt nourricière ouverte sur la ville de Carquefou.
Nous y poursuivons l’exploration des savoir-faire et du savoir vivre au sein d’un système vivant. La pratique du jardin et de vivre parmi les arbres prolonge notre activité d’architecture de terre. La construction que l’on habite s’étend à son environnement proche et continue de réaliser cette dynamique : travailler avec le déjà-là, à partir du sol et de la terre.
La vannerie et l’architecture végétale sont des techniques traditionnelles à préserver et diffuser. L’idée de pouvoir faire pousser ses matériaux de construction participe de la dynamique d’Eskaapi de travailler localement.

Ce jardin est aussi un espace d’apprentissage, d’écoute et de partage avec les vivants, oiseaux, insectes, plantes, arbres, humains.
C’est en quelque sorte la constitution d’un espace culturel commun.
Back to Top